Libre à Vous

Cher(e) lecteur/lectrice, nous vous proposons un numéro spécial de notre lettre d’information « Tronc commun & grilles horaires ». Nous vous invitons, si vous le souhaitez, à le partager autour de vous (collègues, enseignants et autres membres du personnel…). Pour rappel, les anciens numéros de Libre à Vous sont toujours accessibles. Libre à Vous est destiné à toute personne qui s’intéresse à l'enseignement catholique.

Le tronc commun : quoi au juste ?

Le tronc commun suscite de nombreuses interrogations parmi le public. Le mieux est de se (re)pencher sur ce que dit exactement l’Avis n°3 du Pacte pour un enseignement d’excellence.

Le tronc commun s’étale de la première maternelle à la troisième secondaire. Redéfini sur une base polytechnique et pluridisciplinaire, il est composé de sept domaines d’apprentissage :

Ce tronc commun revisité repose sur un renforcement de l’apprentissage des langues étrangères avec un cours de deuxième langue dès la troisième primaire, et de troisième langue dès l’entame du secondaire. Une formation aux langues anciennes est aussi prévue pour tous les élèves, ce qui est également une façon de renforcer les apprentissages en langue française. L’accent est également mis sur le numérique ainsi que sur l’éducation artistique. Un « parcours d’éducation culturelle et artistique » est prévu tout au long de la scolarité.

La mise en œuvre concrète de ce nouveau tronc commun suppose :

Au terme du tronc commun, chaque élève sera soumis à la même évaluation externe certificative et donnant accès à l’enseignement secondaire supérieur. Il aura ensuite le choix entre deux filières : la filière de transition donnant accès à l’enseignement supérieur, et la filière qualifiante qui permettra d’acquérir une qualification suffisante pour accéder directement à un métier, voire de poursuivre dans l’enseignement supérieur, moyennant la réussite d’une épreuve complémentaire au terme de la 6e ou d’une 7e année.

(Re)lire l’Avis n°3 du Pacte pour un enseignement d’excellence

Le tronc commun : qu’en penser ?

Si le SeGEC est tout à fait en accord avec l’optique de renforcer les savoirs de base et d’avoir une formation solide pour tous les jeunes, quelle que soit la filière d’études qu’ils envisagent au-delà, il n’était, par contre, pas demandeur au départ d’une prolongation d’une année de ce tronc commun.

On peut tout d’abord faire part des arguments évoqués à priori en faveur de cette réforme :

Il y a aussi à priori des inconvénients à l’allongement du tronc commun :

Il est évident que le Pacte est le fruit d’un long travail de concertation qui a abouti à un consensus autour d’un compromis. Si le SeGEC s’inscrit dans la démarche du nouveau tronc commun, il veillera toutefois à ce que l’on évite un certain nombre de biais.

Il sera particulièrement vigilant à ce qu’il n’annonce pas une forme de nivèlement par le bas. Il importe, afin de faire réussir les élèves et de les aider à se développer au maximum de leurs possibilités, de conjuguer bienveillance et exigence. La lutte contre l’échec scolaire et le redoublement devra toujours rester étroitement liée à l’objectif d’améliorer effectivement la maitrise des compétences de base par le plus grand nombre.

(Re)lire l’intervention d’Étienne MICHEL, Directeur général du SeGEC, lors de la dernière Université d’été de l’enseignement catholique (pp. 4 à 7)

Lire aussi l’article paru dans « Le Soir »

Les grilles horaires : quelles propositions ?


Fondamental : deux scénarios

La ministre de l’Éducation a présenté deux scénarios très opposés :

Secondaire : trois scénarios

Les grilles horaires : quelles préférences ?


Fondamental : la vérité au milieu

Consulter le scénario alternatif proposé par la Fédération de l’Enseignement fondamental catholique


Secondaire : des périodes de 50 minutes pour cadre

(Re)voir le débat de la télévision régionale BX1 auquel participait Éric DAUBIE, Secrétaire général de la Fédération de l’Enseignement secondaire catholique

Calendrier

La ministre de l’Éducation devrait déposer, courant mars, une proposition de grille horaire sur la table du gouvernement. Elle aura préalablement reçu les avis du Comité de concertation, du Parlement ainsi que ceux émanant de la consultation citoyenne.





Et maintenant ?

Les groupes de travail chargés d’écrire les référentiels pour chacun des sept domaines viennent d’entamer leurs travaux. Ils sont constitués de représentants des réseaux (enseignants et conseillers pédagogiques), de représentants de l’inspection et d’experts. Parallèlement, une Commission des référentiels, dans laquelle réseaux, inspection et experts sont également présents, doit assurer la cohérence indispensable entre les différents référentiels. Le SeGEC sera particulièrement attentif à la progressivité des apprentissages. Il conviendra d’éviter des ruptures trop brutales dans les curricula des élèves.




Liens vérifiés le 31 janvier 2018

Service Communication – SeGEC
communication@segec.be