Les niveaux d’enseignement

Les asbl pouvoirs organisateurs de l’enseignement catholique organisent des établissements d’enseignement fondamental, secondaire, supérieur (hors universités) et de promotion sociale.

Eleves Primaire Banc Ecole

Missions spécifiques de l’enseignement supérieur

L’enseignement supérieur, organisé sous la tutelle du Ministre de l’enseignement supérieur, se caractérise par la présence de réseaux officiels et libres.

Le réseau libre subventionné est composé d’établissements organisés par des pouvoirs organisateurs qui sont des associations de droit privé telles que les ASBL. Ces établissements sont reconnus et subventionnés par la Communauté française.

Les institutions du réseau libre catholique sont réunies au sein d’une Fédération de l’enseignement supérieur catholique (FédESuC) qui a pour mission de représenter ses membres dans diverses instances mais aussi de coordonner, animer, conseiller et accompagner, informer et communiquer, promouvoir et défendre les intérêts, former et développer, réfléchir et assurer la veille stratégique.

La Fédération de l’enseignement supérieur catholique

Faire de la diversité des institutions représentées et de l’esprit FédESuC un atout pour assurer le rôle d’acteurs de formation et de changement dans un environnement et dans une société en mutation.

En savoir plus

La spécificité de l’enseignement en Hautes Ecoles

La Spécificité De L’enseignement En Hautes Ecoles

Il existe actuellement 19 Hautes Ecoles localisées en Wallonie et en Région bruxelloise. Elles comptabilisent approximativement 92.000 étudiants1. Les 7 Hautes Ecoles du réseau libre confessionnel accueillent 50% des étudiants de cette forme d’enseignement.

Les Hautes Ecoles organisent des formations de type court (un cycle) ou de type long (deux cycles), dans 12 domaines d’études différents (information et communication, sciences politiques et sociales, sciences juridiques, sciences économiques et de gestion, sciences psychologiques et de l’éducation, sciences biomédicales et pharmaceutiques, sciences de la santé publique, sciences de la motricité, sciences, sciences agronomiques et ingénierie biologique, sciences de l’ingénieur et technologie, arts plastiques, visuels et de l’espace) :

Les cursus de type court – bacheliers professionnalisants (180 ou 240 crédits, avec possibilité de suivre certaines spécialisations en 60 crédits) – regroupent 83% de la population étudiante en Hautes Ecoles.

Les cursus de type long – masters professionnalisants en deux cycles (240 ou 300 crédits) – constituent quant à eux 17% de la population étudiante des Hautes Ecoles.

Tous les cursus organisés en Hautes Ecoles sont orientés vers une formation plutôt pratique et se caractérisent par leur vocation à orientation résolument professionnelle.

Les 7 Hautes Ecoles du réseau libre confessionnel sont notamment représentées au sein de l’Académie de Recherche et d’Enseignement supérieur (ARES) notamment de la Chambre thématique des Hautes Ecoles et de l’Enseignement supérieur de Promotion sociale (ARES), au sein des Pôles académiques, des Zones académiques interpôles et au sein du Conseil interréseaux de concertation (CIC-HE) et de SynHERA.

La spécificité de l’enseignement dans les Ecoles Supérieures des Arts

L’enseignement supérieur artistique est dispensé dans 16 Ecoles supérieures des Arts (ESA), situées en Wallonie et en Région bruxelloise, qui regroupent quelque 7.700 étudiants1. Les 6 Ecoles supérieures des Arts du réseau libre confessionnel accueillent près de 50% du nombre total d’étudiants.

Les Ecoles supérieures des Arts organisent des formations de type court (un cycle) ou de type long (deux cycles), dans cinq domaines d’études différents : la musique, le théâtre et les arts de la parole, les arts plastiques, visuels et de l’espace, les arts du spectacle et la danse.

.Les cursus de type court (sanctionnées par un diplôme de bachelier de 180 crédits) regroupent 26% de la population étudiante en Ecoles supérieures des Arts.

.Les cursus de type long (diplôme de master en deux cycles, en 240 ou 300 crédits) constituent quant à eux 74% de la population étudiante en Ecoles supérieures des Arts.

Les Ecoles supérieures des Arts peuvent aussi conclure des conventions de collaboration avec les Universités notamment pour encadrer avec elles les doctorats en art et sciences de l’art, organisés par les Universités.

Les 6 Ecoles supérieures des Arts du réseau libre confessionnel sont représentées au sein de l’Académie de Recherche et d’Enseignement supérieur (ARES), de la Chambre thématique des Ecoles supérieures des Arts, des Zones académiques interpôles, des Pôles académiques et FRart.

La Spécificité De L’enseignement Dans Les Ecoles Supérieures Des Arts

La recherche dans les Hautes Ecoles et Ecoles supérieures des Arts

La recherche appliquée en Hautes Ecoles est actuellement financée à hauteur d’un million d’euros par la Fédération Wallonie-Bruxelles, somme répartie annuellement par le biais d’un appel à projets. Les projets sont par la suite sélectionnés par un Comité d’experts.

L’ASBL SynHERA, pour sa part, accompagne les Hautes Ecoles dans leurs activités de recherche appliquée et un fonds (FRArt) pour le financement de la recherche artistique des Ecoles supérieures des Arts.

L’ASBL SynHERA (Synergie entre les Hautes Écoles et les Entreprises pour la Recherche Appliquée) a été créée pour promouvoir les collaborations entre les Hautes Écoles et des partenaires extérieurs en matière de recherche appliquée.

Cette ASBL regroupe les 19 Hautes Écoles et des Centres de recherche pluridisciplinaires. Elle a pour missions principales d’aider les Hautes Ecoles et leurs partenaires à trouver des financements, à accompagner les projets, à assister et former les équipes de chercheurs et à valoriser les résultats des recherches.

Pour plus d’informations :

Aller sur le site

Le Fonds pour la Recherche en Art (FRArt), associé au FRS-FNRS, a pour objet de financer la recherche artistique en Fédération Wallonie-Bruxelles, menée par des artistes de toutes nationalités dont les projets sont portés par une ou plusieurs Ecoles supérieures des Arts.

Pour plus d’informations :

Aller sur le site

La FédESuC a également pour objectif de soutenir le développement de la recherche appliquée dans les Hautes Ecoles et la recherche artistique dans les Ecoles supérieures des Arts qui lui sont affiliées.

Pour ce faire, la FédESuC plaide pour l’éligibilité des Hautes Ecoles et des Ecoles supérieures des Arts à des financements publics et privés conséquents pour la recherche. Elle souhaite également que la visibilité et la valorisation de la recherche appliquée et de la recherche artistique soient améliorées. Elle appelle enfin de ses vœux le développement de réels outils de support à la recherche, en déployant notamment la dynamique d’Open Science.

Gouvernance

L’Académie de Recherche et d’Enseignement supérieur (ARES) est un organisme d’intérêt public qui rassemble toutes les parties prenantes des établissements d’enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles (directions, organisations syndicales et organisation représentative des étudiants).

Ses fonctions principales consistent à garantir le rôle de service public d’intérêt général de l’enseignement supérieur, à soutenir les établissements et à assurer leur coordination globale dans leurs missions d’enseignement, de recherche et de service à la collectivité et de susciter entre eux des collaborations, dans le respect de leur autonomie.

L’ARES est notamment constituée d’un Conseil d’Administration, d’un Conseil d’orientation et de trois chambres thématiques (Chambre thématique des Hautes Ecoles et de la promotions Sociale, Chambre des Ecoles supérieures des Arts et Chambre des Universités).

Elle comporte douze commissions permanentes:   

  1. La Commission des bibliothèques et services académiques collectifs (CBS)
  2. La Commission de la coopération au développement (CCD)
  3. La Commission du développement durable (CDD)
  4. La Commission de la formation continue et de l’apprentissage tout au long de la vie (COFOC)
  5. La Commission de l’information sur les études (CIE)
  6. La Commission de la mobilité des étudiants et du personnel (COM)
  7. La Commission pour la qualité de l’enseignement et de la recherche (COQER)
  8. La Commission des relations internationales (CRI)
  9. La Commission de l’aide à la réussite (CAR)
  10. La Commission observatoire et statistiques (COS)
  11. La Commission de la valorisation de la recherche (COVRI)
  12. La Commission vie étudiante, démocratisation et affaires sociales (COVEDAS)

Elle accueille également: 

  • La Commission d’examen des plaintes d’étudiants relatives à un refus d’inscription (CEPERI)
  • La Commission de l’enseignement supérieur inclusif (CESI)
  • Le Comité femmes et sciences (CF&S)

Le réseau libre confessionnel (établissements et/ou fédération) est représenté au sein de chacune des instances et commissions de l’ARES.

Pour plus d’informations :

www.ares-ac.be

Le Décret du 7 novembre 2013 définissant le paysage de l’enseignement supérieur et l’organisation académique des études a créé, au sein de l’Académie de Recherche et d’Enseignement supérieur (ARES), une Chambre thématique des Hautes Ecoles et de l’Enseignement supérieur de Promotion sociale.

Ce lieu de concertation et de réflexion est composé de membres du bureau de l’ARES, des Directeurs-Présidents des Hautes Ecoles, de représentants issus des Etablissements d’Enseignement supérieur de Promotion sociale de chaque Pôle académique, des membres du personnel enseignant et de représentants étudiants.

Les principales thématiques débattues relèvent de l’offre de formation et de son développement en lien avec les besoins de la société, ainsi que l’évolution du paysage de l’enseignement supérieur et des cursus organisés dans les Hautes Ecoles et dans les Etablissements d’enseignement supérieur de Promotion sociale.

Cette chambre thématique s’appuie sur des commissions et des groupes de travail qui instruisent les dossiers et rédigent des avis notamment sur les habilitations, les référentiels de compétences, l’évolution des formations, la formation initiale des enseignants ainsi que la reconnaissance de notoriété professionnelle.

Le Décret du 7 novembre 2013 définissant le paysage de l’enseignement supérieur et l’organisation académique des études a créé, au sein de l’Académie de Recherche et d’Enseignement supérieur (ARES), une chambre thématique des Ecoles supérieures des Arts.

Ce lieu de concertation et de réflexion est composé de membres du bureau de l’ARES, des directeurs des Ecoles supérieures des Arts, de représentants étudiants et de membres du personnel enseignant.

Il y est notamment débattu des nouvelles habilitations, de la rédaction et de la validation des référentiels de compétences pour les programmes de bacheliers et de masters, du classement des cours dans les ESA, de la recherche en art, de la formation initiale des enseignants ou encore de la formation continue.

Le Décret du 7 novembre 2013 définissant le paysage de l’enseignement supérieur et l’organisation académique des études a créé 3 « zones académiques interpôles » sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Une zone académique interpôles est une instance d’avis constituée de la réunion des membres des Conseils d’administration des Pôles académiques qui la composent.

Chaque zone a pour mission de proposer à l’Académie de Recherche et d’Enseignement supérieur (ARES) une évolution de l’offre d’enseignement supérieur de type court et de susciter ou coordonner des projets d’aide à la réussite des étudiants.

Il existe trois zones académiques interpôles réparties de la façon suivante :

  1. La zone Liège-Luxembourg-Namur qui regroupe Pôle de Liège-Luxembourg et le Pôle de Namur ;
  2. La zone Bruxelles-Brabant wallon qui regroupe le Pôle académique « Louvain » et le Pôle de Bruxelles
  3. La zone Hainaut qui correspond au Pôle hainuyer.

Le Décret du 7 novembre 2013 définissant le paysage de l’enseignement supérieur et l’organisation académique des études a créé 5 Pôles académiques sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Un Pôle académique est une association sans but lucratif dont les membres sont des établissements d’enseignement supérieur, parmi lesquels au moins une Université, fondée sur la proximité géographique de leurs implantations.

Chaque Pôle académique est un lieu de concertation et de dialogue entre les établissements d’enseignement supérieur qui le constituent. Il a pour mission principale de promouvoir et soutenir toutes les formes de collaborations entre ses établissements membres et d’inciter ceux-ci à travailler ensemble en vue d’offrir des services de qualité aux étudiants.

Tout établissement d’enseignement supérieur (Université, Haute Ecole, Ecole supérieure des Arts ou Etablissement d’enseignement supérieur de Promotion sociale) appartient à un ou à plusieurs Pôles académiques, selon le lieu de ses implantations.

Le Pôle de Liège-Luxembourg, sur le territoire des Provinces de Liège et de Luxembourg

Le Pôle «Louvain», sur le territoire de la Province du Brabant wallon

Le Pôle de Bruxelles, sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale

Le Pôle hainuyer, sur le territoire de la Province de Hainaut

Le Pôle de Namur, sur le territoire de la Province de Namur

Le Conseil interréseaux de Concertation des Hautes Ecoles, CIC-HE, est l’organe de représentation des 19 Hautes Ecoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) et de leur réseau d’enseignement respectif. Il est composé de Directeurs-Présidents et de représentants des différents réseaux d’enseignement.

Le Conseil interréseaux de concertation s’est donné les missions principales suivantes.

  • Développer le renforcement d’une position commune
  • Assurer la visibilité de l’enseignement en Haute Ecole au sein de la FWB et aussi au niveau international
  • Adopter une réflexion sur le paysage de l’enseignement supérieur
  • Initier, développer et entretenir des relations avec des représentants des secteurs socio-économiques
  • Porter des messages vers l’extérieur (ex: campagnes communes de communication) 
  • Être une référence pour des partenaires actifs ou potentiels, belges ou étrangers (ex : création d’une mise en accès ouvert des recherches, hébergée au sein de SynHERA) 

La présidence est assurée en tournante, par chaque réseau.

Il a notamment rédigé en 2019 un mémorandum à l’attention des décideurs politiques, accessible sur son site Internet :

www.cic-he.be

Les Directeurs des ESA peuvent se réunir en interréseaux pour traiter des questions à l’ordre du jour de la Chambre thématique des Ecoles supérieures des Arts ou pour adopter un positionnement commun face à aux thématiques propres à l’enseignement supérieur artistique.